Risques chutes pros

Le risque de chutes, qu’elles soient de plain-pied ou de hauteur, est un risque d’accident du travail qui concerne tous les secteurs d’activité et qui touche tous les métiers au sein d’une entreprise.

Les situations dangereuses exposant les personnes au risque de chute sont par nature très diverses et peuvent se rencontrer à l’intérieur ou à l’extérieur des locaux, dans un environnement plus ou moins contrôlable par l’entreprise, ou lors de l’utilisation d’un matériel ou d’une machine par exemple.

Qu'est-ce-que-c'est ?


Les chutes de plain-pied

Les chutes de plain-pied sont définies par la Commission Européenne comme étant :

 « les glissades, trébuchements, faux-pas et autres pertes d’équilibre sur une surface “plane” […] y compris si la victime a pu rétablir son équilibre et qu’il n’y a pas, à proprement parler, chute. Ne sont prises en considération que les surfaces ne présentant aucune rupture de niveau ou bien des ruptures de niveau réduites (trottoir, petites marches, plan incliné, etc.) Sont exclues les pertes d'équilibre entraînant des chutes de hauteur (d'escabeau, d'échelles, d'échafaudages...).»

Les chutes de plain-pied sont encore trop souvent considérées comme étant inévitables, anodins et de caractère bénin alors même que leurs conséquences peuvent être graves (entorses, fractures, contusions, …), parfois même fatales pour les salariés qui en sont victimes.

Pour exécuter son travail, le salarié doit effectuer des mouvements et des déplacements sur le lieu ou à son poste de travail. Pour différentes raisons, la perte de contrôle de ces mouvements ou de ces déplacements peut entrainer une chute de plain-pied, consécutive à un heurt, un trébuchement, une glissade, … D’une manière plus générale, on parle alors d’accident avec perturbation du mouvement. 

La glissade survient quand il y a trop peu de frottement ou d'adhérence entre les chaussures et la surface de marche.

Il y a trébuchement quand on heurte quelque chose du pied, qu'on perd l'équilibre et qu'on tombe.

Comme tous les autres accidents du travail, la chute de plain-pied est le résultat d’une combinaison de facteurs de natures différentes, liés notamment à l’environnement, au matériel, à la tâche et à l’organisation du travail.
 

Les chutes de hauteur

Le risque de chute de hauteur est présent lors de travaux en hauteur (chute en périphérie, chute au travers des matériaux...) ou de travaux à proximité de dénivellation (puits, tranchée, …).Il est caractérisé par un taux de gravité élevé.

On rencontre des accidents par chutes de hauteur dans tous les secteurs d’activité, mais c’est dans le BTP que l’on constate la plus forte proportion : 26 % et les conséquences les plus graves : 57 % des décès.

La chute de hauteur se distingue de la chute de plain-pied par l’existence d’une dénivellation. Cette définition permet de regrouper toutes les chutes de personnes situées en élévation, telles que les chutes depuis une position élevée (toiture, pylone, … ) ou depuis un équipement qui surélève légèrement la personne (tabouret, marchepied).

Les accidents du travail résultant de chutes de hauteur se traduisent par des blessures, fractures et traumatismes de toutes sortes externes ou internes, dont les conséquences sont très diverses mais qui peuvent être particulièrement graves, voire mortelles.

Pourquoi s'en préoccuper ?

Tous secteurs d’activité confondus, les chutes figurent parmi les principales causes d’accidents du travail, après la manutention manuelle. 

Les chutes sont en effet à l’origine de 25 % des accidents du travail qui se répartissent en chutes de plain-pied (13% des AT) et en chutes de hauteur (12 % des AT).

Les chutes de hauteur représentent à elles seules 13% des accidents du travail mortels, soit la 2ieme cause d’accidents mortels liés au travail, après ceux de la circulation.

Les accidents résultant de chutes de hauteur ont des conséquences importantes. En effet, les statistiques sur une période de 20 ans (1990-2010) montrent que :

  • la situation la plus accidentogène en terme de fréquence et de gravité est et reste celles des escaliers. Par contre, les chutes dans les escaliers causent assez peu de décès.
  • le point noir reste le travail sur les toitures, terrasses et verrières qui occasionnent des chutes aux conséquences graves dans un grand nombre de cas et constituent la cause la plus importante de décès toutes situations confondues.

Nos objectifs ?

L’Assurance Maladie –Risques Professionnels a mené depuis plusieurs années des actions ciblant les chutes de hauteur en direction des activités du BTP.
Mais face à la forte sinistralité liée aux chutes de plain-pied et aux chutes de hauteur dans tous les secteurs d’activités, un programme de prévention « Risque chutes pro » a été engagé au niveau national sur la période 2019-2022.

Ce programme comporte deux volets, l’un relatif au secteur du BTP et le second au reste des activités « chutes interprofessionnelles hors BTP ».

Cette seconde partie du programme de prévention a pour objectifs de :

  • réaliser une analyse précise des accidents du travail liés aux chutes de plain-pied et de hauteur,
  • proposer des standards de prévention pour les principales situations de travail causant des chutes,
  • mener une campagne nationale de communication pour sensibiliser l’ensemble des entreprises à ce risque et en améliorer ainsi sa prise en compte dans les démarches de prévention.

DOCUMENT(S) ASSOCIE(S)